Image La biométrique : l'avenir des cartes bancaires ?

La biométrique : l'avenir des cartes bancaires ?

L'utilisation de la carte bancaire va bientôt connaître un nouvel essor. De par l'évolution continuelle des technologies, même les transactions bancaires peuvent actuellement se faire en ligne pour plus de confort. Mais à cause des hackers, ce système est menacé et les clients se mettent à douter du procédé. Pour y remédier, les chercheurs ont trouvé des solutions qui reposent sur la biométrique, qu'en est-il réellement ?

La biométrique contre l'usurpation d'identité

Pour être performant, un mot de passe doit être indéchiffrable. Cependant, avec les codes et les chiffres des anciennes cartes bancaires, on rencontre souvent des problèmes lors des paiements. Les usurpations d'identité sont fréquentes et les mots de passe facilement décryptables. La biométrique s'avère être la solution adéquate. Elle est en phase de devenir le mot de passe des systèmes de sécurité du futur.

Si auparavant, cela semblait tirer d'un film de science-fiction, aujourd'hui la technologie biométrique existe et compte bien révolutionner les anciens mots de passe. Ces derniers nécessitent de la mémoire et peuvent devenir un vrai casse-tête. Un procédé procurant du confort lors de son application, la biométrie n'est pas du tout compliquée à utiliser. De plus, elle permet d'authentifier précisément et instantanément chaque personne, limitant ainsi les vols d'identité.

Les différents mots de passe biométriques

Les immenses entreprises de téléphonie, d'appareils informatiques et de paiement en ligne privilégient la biométrie comme mode de sécurité. Suivant ainsi la tendance, les banques ont décidé de simplifier l'accès des individus à leur compte bancaire pour mieux les protéger. L'entreprise Semlex, sous la direction d'Albert Karaziwan, peut fournir un tel dispositif. Comme modèle mis en place, il pourrait y avoir :

  • La reconnaissance de l'œil ou la biométrie oculaire qui analyse l'iris ou la rétine de chaque individu pour confirmer son identité.
  • La reconnaissance des vaisseaux sanguins ou du réseau veineux qui examine la trajectoire des veines de chaque individu.
  • La reconnaissance vocale qui s'appuie sur les particularités de la voix.
  • La reconnaissance par fréquence cardiaque, appelée également photopléthysmographie, qui mesure le rythme cardiaque.
  • La reconnaissance faciale qui se base sur les caractéristiques du visage d'une personne.
  • La reconnaissance auditive qui se réfère aux flexuosités du conduit auditif.

Albert Karaziwan souhaite, en lançant le Biométric Network System (BNS), fournir des moyens d'identification morphologique sûre à chaque individu, afin d'éviter les appropriations illégales.

Comment la biométrique fonctionne ?

Pour être valide, la carte biométrique devra contenir une empreinte digitale ou d'autres particularités de son propriétaire. Ce dernier devra pour cela se rendre personnellement à sa banque et faire valider le procédé. Ainsi, il pourra effectuer des paiements en magasin avec une reconnaissance morphologique ou comportementale pour confirmation finale. C'est une assurance qui garantit l'authenticité du payeur.

Pour les achats en ligne, le système repose sur les selfies et autres capteurs. Effectivement après avoir divulgué les chiffres de sa carte, l'individu devra confirmer, avec un selfie ou un scan de sa main ou de son œil, que c'est bien lui qui effectue l'achat. Pour cela, il faut que l'appareil utilisé soit apte à effectuer ce type d'analyse et que le magasin dispose des données concernant l'utilisateur. On note ainsi un grand pas vers la nouvelle technologie biométrique véhiculée par certaines entreprises comme Semlex.